En 1973, le Conseil national au Canada de la « Royal Commonwealth Society » suggérait au premier ministre Pierre Elliot Trudeau d'inclure à l'ordre du jour de la réunion des chefs de gouvernement qui devait se tenir à Ottawa cette année-là une proposition visant à déterminer une date commune de célébration d'une journée du Commonwealth. Cette proposition n'a pas été portée à l'ordre du jour de la réunion de 1973, mais figurait parmi les points canadiens à l'ordre du jour de la réunion de 1975.

À ce moment, les chefs de gouvernement se sont entendus pour que le Secrétariat du Commonwealth soit chargé de choisir pour ce jour spécial une date qui n'aurait aucune connotation historique fâcheuse. Lors de la rencontre des hauts fonctionnaires à Canberra en mai 1976, la proposition canadienne de célébrer le jour du Commonwealth le deuxième lundi de mars a été adoptée.

Jusqu'en 1977, il était d'usage au Canada de célébrer d'office le jour du Commonwealth en même temps que le Jour de Victoria (congé statutaire), aussi par proclamation la fête de la Reine.

La célébration du jour du Commonwealth n'impose aux pays membres aucun mode uniforme pour l'observation de cette journée, laissant cela à l'initiative de chacun des pays. Au Canada, lorsque les installations le permettent, les immeubles fédéraux, les aéroports, les bases militaires et autres établissements fédéraux à l'intérieur du Canada arborent le drapeau royal de l'Union, aussi appelé « Union Jack », en même temps que le drapeau national, du lever au coucher du soleil, pour souligner cette journée.

Par « installations », on entend l'existence d'au moins deux mâts. Le drapeau du Canada a toujours préséance et ne doit jamais être remplacé par l'Union Jack. S'il n'y a qu'un seul mât, on ne prend pas de dispositions particulières pour en faire installer un deuxième en vue de déployer l'Union Jack à l'occasion de cette journée spéciale.

Il ne s'agit pas non plus d'un congé statutaire. On envisage plutôt cette journée comme une occasion pour près de un milliard de personnes de réfléchir sur les liens qui les unissent et sur la contribution du Commonwealth à la création d'un environnement planétaire harmonieux.