L'Halloween est célébrée la nuit du 31 octobre. Selon la tradition moderne, les enfants se déguisent et vont sonner aux portes pour demander des bonbons tout en disant « trick or treat » (farce ou friandise). Dans certaines communautés, le démarchage, qui peut menacer la sécurité des enfants, est remplacé par des célébrations entre amis.

Les origines chrétiennes de l'Halloween

L'Halloween est partiellement ancrée dans le catholicisme, plus précisément dans la fête de la Toussaint célébrée en l'honneur des saints, quoique son origine ne soit pas certaine. Au fil du temps, le calendrier chrétien s'est empli de jours commémoratifs en l'honneur de tel ou tel saint, de tel ou tel martyre, de sorte qu'il est devenu nécessaire d'établir une journée en l'honneur de tous. La Toussaint est établie en mai 609 ou 610 par Boniface IV, quand il consacre le Panthéon de Rome à l'usage chrétien. On la célèbre d'abord le 13 mai puis, lorsque le pape Grégoire III (731-741) consacre une chapelle de la basilique Saint-Pierre à tous les saints, on la déplace au 1er novembre. Le pape Grégoire IV (827-844) décide que le 1er novembre sera célébré dans les églises occidentales en l'honneur de tous les saints à qui on ne consacre pas une journée particulière (dans les églises orientales, cette fête est célébrée le premier dimanche qui suit la Pentecôte). Dans l'Angleterre médiévale, All Hallow's Even, d'où vient l'appellation « Halloween », est la soirée avant la Toussaint.

Les origines païennes de l'Halloween

Cependant, la coutume de l'Halloween prend davantage sa source dans l'ancien festival celtique (avant la chrétienté) de Samhain, qui se prononce « sow- », qui rime avec « now », « -in », ce qui signifie « fin de l'été » (il y existe plusieurs graphies). Les premiers chrétiens adoptent les croyances religieuses celtiques afin de convertir le peuple celte. En Grande-Bretagne et en Irlande, cette fête est célébrée chaque année le 1er novembre et souligne la fin de la moisson et le début de l'hiver; c'est aussi le Nouvel An celte. On pense que, pendant cette journée, qui marque également la division entre la période de l'année où les jours sont plus longs que les nuits et celle où les nuits sont plus longues que les jours, la frontière entre le monde des morts et le monde des vivants est à son plus mince, permettant aux âmes des défunts de rendre visite aux vivants. Les gens portent costumes et masques pour éloigner les mauvais esprits. Des ossements d'animaux abattus sont jetés dans un feu collectif (ce « bone fire » [feu collectif] est à l'origine de notre « bonfire » [feu de joie]) pour faciliter le voyage de l'âme des défunts. Les gens éteignent le feu qui brûle dans leur foyer et le rallume à même le feu collectif, symbolisant ainsi le triomphe de la clarté sur l'obscurité. Des repas sont préparés pour les vivants et pour les morts, et la nourriture préparée pour les ancêtres est partagée avec les pauvres.

Guidés dans leur pratique religieuse par les druides (la caste sacerdotale de leur peuple), les Celtes croient que, la nuit du 31 octobre, fantômes, fées et démons, les malfaisants comme les inoffensifs, sont partout. Les offrandes rituelles sont laissées dehors afin d'apaiser les esprits malveillants qui, autrement, apporteraient la malchance aux occupants de la maison. C'est en faveur de ces traditions que nos enfants se déguisent en démons et disent malicieusement « trick or treat ».

Les immigrants écossais et irlandais apportent au Canada la coutume associée à Jack-o'-lantern, dont le nom vient probablement du nom autrefois utilisé pour nommer le veilleur de nuit qui, selon le folklore irlandais, n'a pas pu accéder au paradis parce qu'il était avare, ni à l'enfer parce qu'il a joué des tours au diable. Jack a ainsi été condamné à errer sur la terre avec une lanterne jusqu'au jour du Jugement dernier, devenant ainsi « Jack of the lantern », d'où le nom « Jack-o'-lantern ». En Grande-Bretagne, le premier jack-o'-lantern est un navet, une betterave ou une pomme de terre qu'on creuse pour y sculpter des visages démoniaques. On y place ensuite une bougie allumée. Au Canada et aux États-Unis, la citrouille remplace ces légumes.

L'Halloween au Canada

Au Canada, les traditions qui se rapportent à l'Halloween nous viennent des immigrants irlandais et écossais. On la célèbre le 31 octobre, ou autour du 31 octobre, avec des costumes, des fêtes et du porte-à-porte. Les enfants se déguisent en fantômes, sorcières, squelettes ou en d'autres personnages issus de la culture populaire et vont frapper aux portes des maisons du quartier. Les friandises peuvent être du maïs éclaté et des bonbons. Une citrouille creusée de style Jack-o'-lantern est mise en évidence sur la véranda, près de toiles d'araignée et d'autres objets rappelant le monde des esprits. Des concours de sculpture de citrouille ont lieu d'un bout à l'autre du Canada, avec un engouement particulier en Nouvelle-Écosse, où des communautés entières y participent. Par exemple, un concours annuel a lieu au parc national Kejimkujik et dans de nombreux autres endroits de la vallée d'Annapolis.